Trop jeune pour être parent ?

Un choix difficile

Cet article a été rédigé il y a longtemps, par la fondatrice qui était encore toute jeune maman. Il a été remodelé mais le ton a été conservé car il a un rôle de dialogue entre pairs.

Suis-je enceinte?

Avant de paniquer, autant vérifier.
Les signes de la grossesse sont les suivants :

  • absence de règles
  • nausées ou vomissements, le matin surtout
  • seins gonflés et tendus
  • grande sensibilité, parfois accompagnée de crises de larmes
  • aigreurs d’estomac

Au cas où tu ressentirais plusieurs de ces symptômes, n’hésite pas à effectuer un test de grossesse ou à consulter un médecin.

Tests de grossesse

Si tu suis rigoureusement les instructions de la notice d’emballage, les tests sont généralement très fiables.

Si le résultat est positif, il est vivement conseillé de prendre rendez-vous chez un gynécologue, le plus vite possible. Je rappelle que le personnel médical est lié au secret professionnel, aucun risque donc qu’il n’aille dévoiler ton secret. De plus, tu n’es sûrement pas la première jeune fille enceinte qu’il rencontre.
Si le résultat est négatif, il se pourrait que tu aies fait le test à un moment inapproprié, c’est-à-dire à un moment où les urines n’étaient pas assez concentrées. C’est pour cette raison qu’il est recommandé d’effectuer le test le matin. Ou bien tu n’es pas enceinte et ton retard de règles est dû à autre chose. S'il se prolonge, consulte même n cas de test négatif.

Si c'est positif...

C'est alors seulement le moment de prendre une décision, mais il faut que la grossesse soit datée pour vérifier que les délais permettent encore de prendre librement une décision. Un contact avec ubn gynécologue ou un service de Santé Sexuelle est alors important.

Comment se décider?

Faire un tel choix peut donner le tournis. Même à l'adolescence, on est bien conscient de l'importance pour la suite de sa vie. Et plus tu es jeune, plus il te paraît surréaliste de décider par toi-même.

Quelques astuces :

  • faire des listes de pour ou contre
  • écouter les autres et laisser de la place pour leurs émotions, mais se positionner
  • prendre des témoignages de personnes qui ont pris l'une ou l'autre option
  • s'informer sur les conséquences financières et organisationnelles (Conseil de JeunesParents, Centre de santé sexuelle, Profa, SOS futures mamans, ...)

A savoir :

  • Si tu as moins de 16 ans, tu dois consulter le planning familial avant d’avorter.
  • Tu peux avorter sans en avertir tes parents, toutefois, ils seront au courant lorsqu’ils recevront le décompte de la caisse maladie. Cela peut être discuté au planning pour une solution.

Photo de Caleb jones

Qui prend la décision? 

Seule la femme ou la jeune fille enceinte est habilitée à décider. Personne d’autre n’a le droit d’imposer ses idées, c'est la loi. En gros, tu dois faire respecter ton choix dans ton entourage et ce n'est pas facile. Trop de jeunes filles se plient encore sous les pressions des autres, peu importe dans quel sens.

Tu ne sais pas où trouver des solutions à tes problèmes et tu souhaites continuer la grossesse ? Je te renvoie dans la rubrique (lien sur aide) et dans la rubrique (lien sur adresses). Tu y trouveras toutes les adresses des organisations qui t’aideront sans juger -on le souhaite- et dans la discrétion. Il existe des solutions.

Afin de bien vivre sa décision, il est important de la prendre en accord avec soi-même. Céder aux pressions peut être tentant mais attention à se positionner.

Photo de Kelly Sikkema

3 options

Tu viens d'avoir le résultat et c'est positif. Enceinte ? la ligne bleue, ou rose, s’affiche clairement -ou même de manière très légère-, ou alors c’est arrivé lors d’un contrôle médical,...

Bref, l’annonce est tombée, ce n’était pas prévu. Que faire ?

Tu es jeune homme ? Tu peux lire un chapitre qui t'es dédié ci-dessous. Mais le texte qui suit te concerne aussi, car il explique quelles solutions s’offrent à vous…

Trois possibilités :

  • Devenir maman / papa
  • Donner l’enfant à l’adoption
  • Avorter

Poursuivre la grossesse

Si tu décides de le garder, le plus dur sera de tenir tête et de ne pas lâcher prise avant la fin du délai d’IVG (interruption volontaire de grossesse). Rares sont les jeunes filles enceintes qui ne subissent aucune pression. Par la suite, il faudra être prête à donner de ton temps et à pouponner. L’argent en soi peut aussi être un problème, les aides sont peu nombreuses. Nos assistantes sociales peuvent t’informer (lien).

Les premières années sont souvent financièrement compliquées, la participation des proches et d’aides étatiques ou privées est souvent nécessaire. Prendre rendez-vous avec notre association pour faire le point sur les solutions financières avant de décider de poursuivre ou non la grossesse est possible, ainsi que rencontrer une jeune maman pour lui poser toutes tes questions. (Ecrire à contact@ jeunesparents.ch ou téléphoner au 077 474 73 37).

L'adoption

Si tu ne veux pas avorter mais que tu ne te sens pas prête à devenir mère, sache que donner ton enfant à adopter est un acte difficile et courageux, qui est devenu rare. Tu as jusqu’à la naissance pour y penser, en revanche, une fois la décision prise et le délai de quelques mois passé, il est impossible de revenir en arrière.

Les cantons sont responsables de l'adoption et les services de protection de la jeunesse de chaque canton responsables de surveiller et gérer les cas d'adoption. Ils sont à disposition pour t'informer.

Interrompre la grossesse

La troisième option est l'avortement. Si tu as besoin de soutien à ce moment, n’hésite pas à demander de l’aide, sur ce site ou à d’autres organismes. Malgré le fait d'être légal et courant, le choix de l’avortement n’est pas une option de facilité. 

Tu devras toi aussi lutter contre le regard des gens (mieux vaut ne pas en parler à tout le monde mais avoir une personne de confiance pour en parler dans la dignité). La blessure est souvent présente juste après, bien que le sentiment de soulagement puisse être présent. Il faudra un peu de temps pour la cicatriser. Certaines femmes le supportent mieux que d'autres.

Pour cette raison, toujours le même conseil, fais le choix qui te correspond le mieux!

"Quoique tu choisisses, tu ne seras plus tout à fait la même, tu ne peux pas effacer ce qui est arrivé !"

Adresses plannings familiaux

 

Présents dans toute la Suisse, les centres de santé sexuelle sont à disposition pour réfléchir dans un endroit neutre à la situation et prendre une décision consciente et informée.

Fribourg : Centre de santé sexuelle 

Genève : Santé sexuelle et planning familial

Jura : Santé sexuelle Jura

Neuchâtel : Santé Sexuelle Ville de Neuchâtel

Chaux-de-Fonds et Le Locle : Santé Sexuelle Chaux-de-Fonds

Valais : SIPE

Vaud : Profa

Site Suisse : www.sante-sexuelle.ch

Envie de grossesse, envie de bébé

Ce n’est pas pareil, d’après les spécialistes, de désirer un bébé ou une grossesse. Sais-tu distinguer ce qui t’anime ?

Désir de grossesse

Dans ce cas, c’est imaginer le ventre rond, se sentir « complète », « entière » qui est à la base de l’envie. Il est important d’identifier cette envie de grossesse comme telle car elle diffère à l'envie de bébé. C'est à prendre au sérieux. Les personnes qui s'en moquent n’apportent aucune solution.

Qu’est-ce qui te pousse à désirer être enceinte ? Quel besoin se cache derrière ce désir ? Comment pourrais-tu y répondre d’une manière différente ?

En parler à un professionnel (psychologue, conseiller de santé sexuelle, gynécologue) pourrait aider probablement. Ne te gêne pas ! L’expression des émotions est capitale pour éviter des passages à l’acte qui ne sont pas pour autant des solutions.

 

Désir de bébé

Dans cette forme-là de désir, c'est le maternage qui fait envie. Attention, on est vite à ne s'imaginer que les bons moments !

Sur l'ancien forum JeunesParent, j’ai souvent vu des jeunes filles écrire "j’ai envie d’un bébé". Ce sentiment peut être très fort, et je déconseille de le refouler ou de s’en moquer. 
Une membre de notre forum a écrit en 2007 : "Moi la première, j’avais 15 ans quand j’ai rencontré un jeune homme, Sébastien, de 5 ans mon aîné. Nous étions ensemble depuis quelques mois quand nous avons décidé d’agrandir notre famille. Tout le monde nous disait qu’un enfant à notre âge c’était de la folie ... Mais pourquoi ? Si on revient il y a quelques années en arrière nos grands-parents faisaient déjà des enfants à notre âge ! Ce n’est pas un caprice comme peuvent le dire beaucoup de personnes. Toute femme ressent ce désir, certaines à notre âge et d’autres quelques années plus tard.".

Photo de freestocks.org

Attention aux difficultés

Cependant, il faut avoir conscience des difficultés que peut représenter le fait d’être une très jeune maman. Faire un enfant se fait à deux, si on a la chance de prévoir une grossesse plutôt que la subir, autant y intégrer le père dans un rôle principal. Il faut avoir confiance en son partenaire et être avec depuis quelques temps déjà, sinon comment se lancer dans une telle responsabilité sans se connaître ? La première crise identitaire du couple intervient après 12 à 18 mois de vie commune d’après le livre "Couple, vivre et grandir ensemble" de Howell et Jones, 2002. Car même si l’on croit que tout est tout beau, une fois installés en couple, la vie est différente de celle que vous vous étiez imaginée. Alors avec un enfant en plus, ce n’est pas facile à gérer.

Les coûts

Puis avoir un enfant, cela coûte cher, bien sûr, il y a des aides auxquelles ont droit tous les parents, mais s’il n y en a pas un des deux qui travaille, ce sera très dur de s’en sortir financièrement. Si vos parents vous aident, c’est possible, mais choisir d’être parents ce n’est pas pour que ce soient les autres qui élèvent notre enfant.

Si vous êtes en train de faire des études, il ne faudra pas lâcher non plus car d’une part, c’est vraiment dur de trouver un emploi sans diplôme (et c’est un grand risque de pauvreté), d’autre part, vous risqueriez de regretter d’avoir tout laissé de côté pour votre enfant. Les mamans de l’association peuvent vous en parler ! C’est parfois fatigant et compliqué, c’est un combat le temps d’avoir terminé une formation.

Enfin, garde en tête que le cerveau finit de se développer à 25 ans. Cela signifie aussi que tes goûts, tes envies et tes intérêts vont évoluer, ainsi que ceux du futur papa. J’observe des crises vers 25 ans, 30 ans, des couples qui se défont alors par changement de cap. On sait qu’on doit vivre avec ce risque, ce n’est sans doute pas une raison pour renoncer à un projet, mais si en couple, vous en êtes conscients, ça aide !

Pensez à l’enfant avant de penser à vous. Je sais ce que c’est que de désirer un enfant au plus profond de soi, mais pesez le pour et le contre et voyez ce qui est le mieux pour vous et le bébé à naître !

Voici quelques sites sur les envies de bébé :

Fil santé jeunes (assez bien fait et complet)

Doctissimo

Maman mineure, ça implique quoi?

Photo Pixabay.com

Tutelle pour enfant de mère mineure

Côté légal, ton enfant sera mis sous tutelle à la naissance. En effet, en Suisse, on ne peut avoir l’autorité parentale qu’à condition d’être majeur (code civil, art. 296 al. 3)
Il s’agit de bien comprendre cet article de loi. Il ne s’agit en aucun cas d’un jugement sur tes capacités d’être mère. Dans l’idéal, le tuteur qui sera nommé pour ton enfant est là pour s’assurer que ton enfant va bien et pour le représenter au niveau légal. Le tuteur va en principe aussi te demander ton avis. Cette personne peut aussi t’aider à trouver des solutions aux problèmes que tu pourrais rencontrer. La tutelle tombera automatiquement à tes 18 ans.
Si tu connais quelqu’un en qui tu as confiance et qui a un casier juridique vierge, tu peux le proposer comme tuteur à l'autorité de protection de l'enfant et de l'adulte. Toutefois, certains juges refusent de donner la tutelle à tes parents pour s’assurer que ceux-ci te laisseront exercer ton rôle de maman.

Mariage de mineurs en Suisse?

Contrairement à une idée encore répandue, le mariage pour les jeunes de moins de 18 ans n’est plus possible, même avec l’accord des parents. Cela a changé en même temps que l’abaissement de l’âge de majorité de 20 à 18 ans entré en vigueur le 1er janvier 1996. Tu ne pourras te marier qu’à partir de tes 18 ans.

J'ai peur qu'on me retire l'enfant

On ne peut pas te retirer ton enfant en raison de ton âge. Pour cela, il faudrait que ton enfant soit en danger (coups) ou négligé (mauvaise alimentation, mauvaise hygiène). Il est également rare qu’on retire un enfant sans en parler au préalable avec les parents pour leur expliquer pourquoi leur enfant est en danger. Il arrive que des parents mineurs ou jeunes se voient retirer leur enfant, mais ce n’est pas en raison de l’âge. C'était le cas dans les années 1960, mais c'est heureusement terminé!

Si tu t’occupes de ton bébé, que tu le nourris correctement, que tu le soignes, tout se passera très bien. Sinon, demande de l'aide, c'est mieux que de ne rien dire.