Bienvenue sur le site pour parents adolescents et jeunes adultes
Nouveau numéro : 077 474 73 37 Nouveau site en préparation, revenez !
https://www.facebook.com/groups/jeunesparentsch/
Accueil > Concilier enfant et formation

Concilier enfant et formation

mercredi 10 janvier 2007, par Karine (Date de rédaction antérieure : 8 juin 2010).

Tu n’as pas fini ta formation et tu es enceinte.

Sache que si tu es en bonne santé, tu peux sans autre continuer le plus longtemps possible. Tout ce que tu fais et réussis avant l’accouchement n’est plus à faire. Et même si tu devais refaire ton année, le fait d’avoir déjà vu la matière te facilite la tâche.

L’école ne peut pas en principe te rejeter sous prétexte que tu es enceinte. Tu es même en droit d’attendre du directeur et des professeurs qu’ils te respectent et te soutiennent.

Tu vas peut-être te trouver confrontée aux jugements des camarades. C’est peut-être le plus difficile à supporter. Mais si tu montres que tu es heureuse de ta situation, que tu prends la peine d’en parler un peu avec eux pour que tu ne leur paraisses pas extraterrestre, tu auras peut-être la chance de t’intégrer malgré tout. Surtout ne perds pas de vue ton intérêt : il vaut mieux supporter les railleries et avoir un diplôme que d’abandonner et de devoir te battre toute ta vie à la limite d’un revenu correct.

Certaines écoles proposent des semestres de congé maternité. Renseigne-toi !

Tu as un enfant et tu veux reprendre une formation

C’est tout à fait possible. Mieux vaut ne pas attendre trop longtemps. Mais c’est vrai que rester à la maison avec les enfants quand ils sont tout petits, c’est un choix tout à fait compréhensible et acceptable.

N’hésite pas à prendre contact avec les offices d’orientation. Le conseiller en orientation connaît tous les métiers et toutes les filières de formation. Il peut t’aider à prendre en compte ton statut de famille pour te mettre sur la voie la moins compliquée. En Suisse, ces consultations sont gratuites à tout âge.

Il existe plusieurs moyens si tu es mère célibataire et que tu as besoin d’argent : les cours du soir, les formations d’adultes, les formations en cours d’emploi ou les formations à temps partiel. Toutes ces possibilités n’existent cependant pas dans toutes les filières. C’est pourquoi il vaut mieux consulter le conseiller en orientation.

Par contre, fais bien attention à certaines offres de cours par correspondance ou aux écoles privées, certaines sont chères et pas reconnues. Choisis une formation reconnue par l’Etat.

N’omets pas de demander une bourse d’étude. Si tu y as droit, ne te culpabilise pas en te disant que tu es dépendante de l’Etat, ça n’apporte rien. C’est justement parce que la société y gagne que tu aies une bonne formation qu’elle propose cette aide aux familles les moins aisées.

N’abandonne pas ton projet dès la première difficulté. N’oublie pas que tu n’étudieras pas toute ta vie. C’est un passage financièrement difficile, et dans l’organisation aussi, certes, mais c’est primordial pour ton estime de soi et pour ton avenir. Quand tes enfants seront adultes, tu seras heureuse de pouvoir pratiquer ton métier, et en cas de coup dur de la vie, tu as une petite sécurité.

Certaines universités proposent des crèches pour les professeurs et les élèves. Preuve que c’est tout à fait possible.

Les astuces à connaître

Il existe des fondations privées auxquelles on peut faire des demandes de bourses complémentaires.

Pour la France : Certains lycées en France acceptent de faire des "horaires aménagés" mais c’est un peu complexe, le mieux est de demander à l’infirmière et à l’assistante sociale du lycée ; sinon, quand tu es à l’école, tu peux demander à la CAF de toucher l’allocation de libre choix de mode de garde, pour payer les frais de nounou ou de crèche. Mais c’est un dossier à renouveler tous les ans

Pour la Suisse : Certains cantons ou pays financent les études des jeunes de 18 à 25 ans au travers de l’aide sociale, d’autres non. Il ne faut pas craindre de se renseigner.

Pour la garde des enfants, il vaut aussi la peine d’étudier le meilleur prix, que ce soit la crèche ou la maman de jour qui soit au meilleur marché. En effet, les coûts s’inversent que l’on soit en France, à Genève, sur Vaud ou Fribourg. Il n’y a pas deux systèmes qui soient identiques !!!

Tu peux lire l’article 104

Liens pour les personnes à l’université :

Lausanne ->Familles à l’Unil

Genève -> brochure parents-enfants

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Piwik Web 2.0 stats |