Bienvenue sur le site pour parents adolescents et jeunes adultes
Nouveau numéro !!! 077 474 73 37 Facebook :
https://www.facebook.com/groups/jeunesparentsch/
Accueil > Témoignages > Témoignage de Marie-Christel, 22 ans, maman de Laura, 5 ans et Emma, (...)

Témoignage de Marie-Christel, 22 ans, maman de Laura, 5 ans et Emma, nourrisson

envoyé en octobre 2006

mercredi 21 mars 2007, par Karine

Il était une fois, un téléphone portable qui envoya ce message :

« Toi, tu es un homme à marier »

C’est ainsi que commença une belle histoire d’amour…

Une amie me parla un jour d’un mec d’une espèce en voie de disparition. Il sait faire à manger, fait les courses pour sa maman, le ménage, la lessive, … bref, le dernier spécimen de l’homme idéal. Je lui demande son numéro sans savoir qui c’est et lui envoie le message ci-dessus.

Le pauvre, quand il a vu la signature du message, il a eu un choc. En effet, il m’avait déjà croisée de loin lors d’une fête de village (son meilleur ami sortait avec ma meilleure amie) et il a eu le COUP DE FOUDRE ! Sans jamais oser me contacter.

Après plusieurs mois de sms et de téléphones à n’en plus finir, Benoît et moi sommes sortis ensemble pour la première fois le 15 décembre 2000 pour ne plus jamais se quitter…

Mon voeu de ne pas coucher avant une année n’a pas tenu le coup. Comment résister quand on sait que c’est le bon, le seul, l’unique. Quelques temps plus tard, je suis malade comme un chien et au fond de moi je sais pourquoi sans faire de test. Mais comment lui dire. Une nuit, à force de pleurer, je finis par le réveiller et il est apeuré de me voir dans cet état. Je lui dis alors que je suis malade (à sa tête, il devait penser que j’étais en fin de vie). Et finalement, je lance « je suis enceinte » sans aucune preuve. Et là, la réponse inattendue : (en résumé)

- Mais il faut par pleurer pour ça ! Tu en es certaine au moins ?
- Je n’ai pas fait de test.
- Alors demain matin on va à la pharmacie en acheter un tout les deux.
- Oui mais au fond de mois je sais que c’est ça. On fait quoi ?
- Tu sais que tu es la femme de ma vie. Je savais que tu serais la mère de mes enfants alors si c’est pour maintenant ce sera maintenant.

Finalement nous avons parlé toute la nuit des possibilités qu’il y avait pour être certains de ne pas le regretter un jour et pour éviter des paroles blessantes du style « tu l’as gardé alors que je ne voulais pas ». La décision a été prise à 100% par les deux et à 100% oui on le garde !!!! J’ai alors 16 ans et Benoît 19 ans.

La première personne à qui on l’a annoncé c’est ma grande sœur. (Elle a des difficultés pour avoir un enfant et avait accouché quelques mois plus tôt de jumeaux à 5 mois de grossesse et ils n’ont pas survécu).

C’est elle qui l’a dit à mes parents. Mon papa ne m’a plus adressé la parole, même pas pour dire « merde » et ma maman a beaucoup pleuré. Certainement de peur car elle-même s’est mariée à 20 ans car elle était enceinte. Mariage très malheureux. Et pensait que j’allais revivre sa vie. Mais quand elle a vu la joie de Benoît et moi elle était une future grand-mère aux anges. Pour la maman à Benoît ça s’était également très bien passé.

Je suis alors en 1ère année d’apprentissage. Je l’ai annoncé moi-même toute seule à mon patron en lui disant qu’il pouvait me virer. Voici ça réponse : (en résumé)

- Non mais ça va pas ! Je veux pas te virer pour ça ! Tu es une employée comme les autres et tu as le droit d’avoir un enfant. Il faudra juste s’organiser pour ton apprentissage.

Bref, le patron super cool. (mieux que mon père !)

Le 11.08.2001 au matin, à 22 semaines de grossesse, j’ai mal au ventre et j’ai des pertes de sang. Verdict des médecins : contractions prématurées (heureusement stoppées à l’hôpital) et conclusion, une semaine et 3 jours de lit stricte sous perfusion.

Finalement je peux rentrer tout en stoppant complètement mes activités et garder le lit. Les journées sont longues mais je tiens le coup en pensant aux jours meilleurs où je serai à la maison avec mon bébé.

Dans ces conditions, je stoppe mon apprentissage et signe directement un autre contrat avec mon patron dans lequel je dis bien que je n’abandonne pas, je repousse juste d’une année. Il ne veut pas me laisser sans finir mon CFC. Vraiment trop sympa mon patron.

13 septembre 2001, grande surprise !
Alors quoi ? personne n’est contant de me voir ?
Mais pourquoi vous avez l’air surpris ?
Je ne me suis pourtant pas trompée de jour ?

Et pourtant oui…

Jeudi 13 septembre 2001, à 6h30, Benoît part au travail et je reste couchée quand, soudain, je sens quelque chose qui explose dans mon ventre pour couler très fort. Oulala, ce n’est pas les eaux mais du sang ! Je prend le téléphone et appelle Benoît. Heureusement, il n’était pas très loin. Tout le monde embarque dans la voiture et direction l’hôpital. Pas de doute, j’ai bien des contractions et rien ne peut les stopper. Je vais accoucher. Mais il y a un petit problème. Je ne suis qu’à 28 semaines et 3 jours de grossesse. Il va falloir me transférer dans un hôpital avec un service de néonatologie. Le CHUV est complet alors direction Berne.

Une fois sur place, la provenance des saignements n’est pas connue et le bébé se présente par le siège. La décision est prise. Césarienne en urgence. L’intervention s’est faite sous narcose et pendant mon sommeil j’ai entendu l’infirmière dire « c’est une fille ».

Quand j’ai rouvert les yeux, une petite photo était suspendue au-dessus de mon lit, et Benoît était enfin à mes côtés. (ben oui il n’arrivait pas à suivre l’ambulance et il s’est perdu à Berne).

Voilà, Laura est née le jeudi 13 septembre 2001 à 12h31. Elle pesait 1.2 kg pour 38cm. Bien entendu, elle fut placée immédiatement en couveuse sous oxygène et l’intervention s’était très bien passée.
Une semaine plus tard, je rentre chez moi sans mon bébé. Difficile pour une maman. Tous les jours nous lui rendons visite à Berne malgré les kilomètres et le travail de Benoît. Finalement, le 9 octobre, Laura est transférée au CHUV qui est plus près de chez nous.
20 octobre 2001, déjà forte de son caractère, Laura décide d’arracher son respirateur. Comme elle s’est blessée par son geste, les médecins décidèrent de ne pas le remettre et elle réussi à s’en passer sans problème.
27 octobre 2001, Laura sort de couveuse et peut maintenant directement se nourrir à mon sein. Grand moment pour toutes les deux. Ça change vraiment du tire-lait !
10 novembre 2001, grand jour ! Retour à la maison avec notre bébé après deux mois d’attente !! Elle pèse alors seulement 2.3kg.

Concernant mon entourage, mes deux sœurs, mon frère et leurs conjoints ont été fantastiques ainsi que ma belle-famille.
Mes collègues de travail ont tous été fantastiques sans exception. Toujours là pour m’aider dans mes cours et dans le privé sans jamais me juger.
Pour les amis… disons qu’on a fait un bon tri entre les vrais amis et les autres. Je ne veux pas rapporter tout ce qui a été dit sur nous parce que ça m’énerve et que la vérité, je la sais.
Et mon gynéco, super sympa. Il m’avait demandé un peu mal à l’aise si je le gardais. Quand j’ai répondu avec un grand OUI il a eu un soupir de soulagement et me répondant qu’il adore les jeunes mamans car elles font de beaux gros bébés.

EPILOGUE :

J’ai magnifiquement terminé mon CFC d’employée de commerce avec une année de retard comme il était prévu avec mon patron. Je travaille toujours dans la même entreprise à 40% avec les même fantastiques collègues.

Benoît et moi nous nous sommes mariés le 14 août 2004, entouré de notre famille et de nos vrais amis. Laura était encore plus belle que sa maman avec, elle aussi, la petite robe blanche et le bouquet de fleur. Comme elle le dit si bien :

- Papa, maman et moi on s’est mariés mais c’est maman et papa qui sont amoureux.

Et puis le samedi 7 octobre 2006, Emma est venue agrandir notre famille pour notre plus grand bonheur !! Une grossesse magnifique, tout de même avec l’inquiétude de vivre à nouveau un accouchement prématuré. Emma est née avec 10 jours d’avance par voie basse. J’ai pu la prendre tout de suite dans mes bras et rentrer à la maison avec mon bébé. De grands moments pour moi car ces instants, je ne les avais pas vécus avec Laura.

Nous sommes vraiment heureux tous les 4 et nous n’avons jamais regretté notre choix.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Piwik Web 2.0 stats |